Espagnol d'Argentine et Lunfardo

  • Traductions Anglais Français Espagnol


L'accent, le vocabulaire,  l'emploi du "vos"(voir "el voseo"), déconcertent par fois les habitués du castillan de l'Espagne. En l'Argentine il y a même plusieurs accents, assez prononcés, comme dans le région du Nord ou la provence de Córdoba. L'Argentine a ses régionalismes comme tous les pays de langue espagnole. Et Buenos Aires a aussi un argot, le lunfardo: il s'est formé à la fin du XIXe siècle lors des grandes vagues d'immigration, par un mélange de mots d'origines italienne, espagnole, française, etc. Cet argot a d'abord été le langage des voyous et des prisons puis beaucoup de mots de lunfardo ont intégré le langage courant au point qu'il est aujourd'hui souvent difficile d'établir la limite entre lunfardo et argentinisme.

Né dans les conventillos, utilisé ensuite dans les saynètes, et plus tard pour écrire les paroles des tangos, le vocabulaire lunfardo s’est au fur et à mesure constitué en patrimoine collectif.

Photo 185
Photographie: Fernando Silva

Mais la langue française a aussi fait son apport à la poésie tanguera en général et au lunfardo en particulier.C'est à partir de 1912, lorsque débarquèrent à la conquête de l'Europe les premiers orchestres, danseurs et chanteurs argentins, que commença l'apport majeur des paroles françaises au Lunfardo. Le succès du tango à Paris eut en effet pour conséquence fondamentale que les paroliers incorporèrent dans le tango des expressions d'origine française qui peu, à peu, du fait de leur diffusion, se mirent à faire partie du langage quotidien de Buenos Aires, toujours disposé à les accepter. Celles-ci enrichirent un langage en train de naître, qui prit corps peu à peu et se transforma en un sous-idiome ou un "réservoir de paroles" comme le dit le poète Orlando Mario Punzi (...).

Expressions
A full : bondé et d'arrache-pied.
Trabajar a full : travailler d'arrache-pied
Al cuete : en vain, pour rien
Atorrante : sans scrupules, canaille
Bancar : supporter.
No lo banco más : je ne peux plus le supporter
Barbara : super, génial
Bola - (no) dar bola a alguien : (ne pas) prêter attention à quelqu'un
Boludo/a : idiot, crétin (employé souvent dans un sens amical). Entrée en conversation typique du jeune Portègne : Che
boludo! ou Che bolu! On dit aussi hacerse el boludo : faire l'imbécile.
Buena onda (de) : sympa, cool, bon esprit. Contraire : mala onda
Cana : flic
Chabôn : type, mec
Chanta : bon à rien, bricoleur, quelqu'un à qui on ne peut pas faire confiance
Cheto/a : chic, BCBG
Chorro : voleur
Coparse : adorer. Me copa salir : j'adore sortir
Dale : ok, d'accord (équivalent du vale d'Espagne)
Del orto : nul, moche, de mauvaise qualité
Fiaca : paresse, flemme. Tener fiaca ou ester con fiaca : avoir la flemme
Gallego : Espagnol, quelle que soit sa région d'origine
Guita : argent, fric
Hinchapelotas : casse-couilles.
No me hinches las pelotas : ne me casse pas les pieds
Laburo : boulot, et laburar : bosser
Mango = peso : sou, radis, thune.
Quedarse sin un mango : se retrouver sans un sou
Mina : minette, femme
Mucama : femme de ménage
Patota : bande de voyous
Pedo : littéralement pêt. S'emploie dans des expressions telles que ni en pedo : jamais de la vie (aussi ni a patos) ; Mandar al
pedo : envoyer balader, sur les roses.
Pelotudo : idiot
Pendejo : petit con
Pibe/piba : mec/nana
Piola : sympa
Pucho : cigarette, clop
Quilombo : bordel, dans tous les sens du terme. Es un quilombo!
Rajar (se) : se tirer, filer
Re : superlatif, par exemple resimpético > très sympathique. On va même parfois plus loin : recontrasimpâtico
Tomar, agarrar (coger) : prendre. Comme dans beaucoup de pays d'Amérique, coger n'est employé que dans un sens sexuel.
Trucho : faux, clandestin, illégal
Zafar : bien s'en tirer

En ville et en voyage
Arribo (llegada) : arrivée
Boleto (billets) : billet (de bus)
Boliche : boite de nuit, ou restaurant
Bulin : appartement
Cancha (estadio) : stade
Colectivo (autobus) : bus (en ville)
Estacionar (aparcar) : se garer
Forro (preservativo) : préservatif
Micro, omnibus (autobus) : bus (longue distance)
Nafta (gasolina) : essence
Partida (salida) : départ
Pasaje (billets) : billet (d'avion, de bateau)
Pasto (césped) : pelouse, gazon
Pileta (piscina) : piscine
Remise ou remis : taxi privé sans signe disb'nctif
Ripio : gravier, non goudronné, pour une route
Subte (métro) : métro
Vereda (acera) : trottoir
Ají: piment
Alcaucil (alcachofa) : artichaut
Chaucha (judiaverde) : haricot vert
Choclo : maïs tendre (jeune)
Chop(p) : bière pression
Damasco (albaricoque) : abricot
Durazno (melocotôn) : pêche
Feta (lonja) : tranche
Frutilla (fresa) : fraise
Jugo (zumo) : jus
Medialuna : croissant
Morrôn (pimiento) : poivron
Palta (aguacate) : avocat
Pancho (perrito caliente) : hot-dog
Pomelo (toronja) : pamplemousse
Poroto (blanco, negro) : haricot (blanc, noir)
Zapallito (calabacín) : courgette

Vêtements et accessoires
Anteojos (gafas) : lunettes
Bombacha (bragas) : petite culotte
Campera (chaqueta) : veste, blouson
Malla (banador) : mailbt de bain
Pollera (falda) : jupe
Remera (camiseta) : tee-shirt

A lire aussi: 
DIctionnaire du lunfardo: 


Le site de l'Academia Porteña de Tango:

 

 

Babelsigns Traductions anglais français espagnol allemand italien russe néerlandais japonais chinois portugais néerlandais russe norvégien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Eclipse © 2014 -  Hébergé par Overblog